Tout sur les Médicaments en Voyage en 8 points clés

Tout ce que tu dois savoir sur les médicaments en voyage et tour du monde en 8 points précis. Cet article rassemble conseils personnels et recommandations officielles de l’Institut Pasteur de Paris, suite au rendez-vous pris avec un médecin spécialiste du voyage avant mon tour du monde.
L’ensemble des infos et astuces que je te donne ci-dessous sont donc en accord avec la médecine du voyage de ce dernier. Par contre, je ne suis pas médecin et ne prétends pas l’être. Je tiens simplement à t’aider en répondant aux questions que je me posais avant de partir. Je décline donc toute responsabilité en cas de problème ou intolérance avec l’un des éléments évoqués ci-après.

Check-List

Avant de commencer… ce que je pense des médicaments
#1 – le Top-5 et les indispensables
#2 – les dérivés magiques
#3 – les 3 catégories de médicaments à bannir !
#4 – 3 bonnes astuces pour organiser ton kit
#5 – tout ce que tu dois savoir sur la malaria (paludisme)
#6 – fais-toi rembourser
#7 – conserve bien l’ordonnance
#8 – le port de seringues

Avant de Commencer… ce que je Pense des Médicaments

Personnellement, j’ai arrêté de prendre le moindre médicament depuis que je voyage. Cette décision s’est construite petit-à-petit après de longues discussions avec des amis-voyageurs et à la lecture de nombreux articles sur le sujet. Sans chercher à te convaincre, voici quelques pistes de réflexion…

  • Qu’est-ce qu’un médicament ? Un procédé chimique. Comment faisions-nous avant l’ère industrielle des géants pharmaceutiques, dont l’objectif premier est soit-dit en passant le profit ? Nous laissions notre corps lutter par lui-même, naturellement. La fièvre ou l’inflammation ne sont ni plus ni moins que les signes de défense du corps contre l’infection !
  • Le problème ? Aujourd’hui, tout doit aller vite. Travail, famille, hobbies… Attendre est devenu une perte de temps, clairement réprimée socialement. Nous avons donc recours massivement à des mélanges chimiques pour éradiquer le moindre dysfonctionnement. Pas étonnant qu’il y ait tellement de scandales avec telle ou telle gélule !
  • Évidemment je fais ici allusion à des problèmes de santé passagers ou mineurs comme la fièvre, le mal de tête, la grippe ou l’angine ; pas au cancer ! Cela dit, il est prouvé que l’alimentation est LA cause principale du cancer (effet cocktail complètement ignoré dans la DJA [Dose Journalière Acceptable] de chaque pesticide, conservateurs et additifs alimentaires toxiques comme le E951 [Aspartame], viande nourrie aux hormones et antibiotiques…)
    Petit exemple : l’Inde était jusqu’à présent entièrement exempte du cancer, en partie grâce à la consommation du… curcuma ! Dernièrement, plusieurs cas de cancers sont apparus mais pas n’importe où : uniquement dans les régions ayant adopté la « révolution verte » (cf. procédés d’agriculture occidentaux).
  • D’ailleurs, il est prouvé que certains végétaux (fruits/légumes) contiennent des molécules qui ont le même effet que de nombreux procédés chimiothérapiques (cf. molécules cytotoxiques [détruisent les molécules cancéreuses], pro-apoptotiques [induisent la cellule cancéreuse à se suicider] ou anti-inflammatoires). C’est le cas de l’ail, des choux de Bruxelles, du gingembre, du curcuma et du brocoli qui, pris en cocktail quotidiennement, peuvent réduire jusqu’à 90% la masse tumorale !

Mais je m’arrête là, ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui. Parlons-donc voyage !

#1 – Le Top-5 et les Indispensables

Voici ce que j’appelle le Top-5, ou les 5 médicaments que j’emporte toujours avec moi et qui couvrent l’ensemble des problèmes les plus probables en voyage :

  1. Amoxicilline 1g (antibiotiques à large spectre) – en cas d’infection sévère.
  2. Ibuprofène 400mg (anti-inflammatoire) – en cas d’inflammation.
  3. Primperan 10mg (anti-nauséeux / antispasmodique) – en cas de vomissements répétés.
  4. Imodium 2mg (anti-diarrhéique) – en cas de diarrhée chronique.
  5. Loratadine 10mg (antihistaminique) – en cas d’allergie ou réaction allergique importante.

A cela s’ajoutent, dans mon first-aid kit (voir comment voyager ultra léger avec un simple bagage à main) :

  • 1 petite bouteille d’alcool a 90˚ (quitte à désinfecter, autant y aller gaiement !)
  • 1 tube de Vitamine C, un des meilleurs médicaments qui soit !
  • 1 thermomètre, indispensable en voyage pour mesurer sa fièvre et prendre les bonnes décisions
  • Quelques pansements, une petite bande et du ruban adhésif en cas de blessure.

#2 – Les Dérivés Magiques

  • la Biafine. D’après moi la meilleure crème en cas de brulure ou irritation. Pour les voyageuses coquettes : elle peut très bien s’utiliser en crème hydratante pour le visage ou la peau, souvent bien meilleure que d’autres crèmes « spécialisées » qui sont en fait pleines de paraffine…
  • les Pastilles Micropur. Ces petites pilules permettent de purifier l’eau en 1h de temps. J’y ai eu recours à plusieurs reprises lors de treks ou lorsque je n’ai accès qu’à un robinet pour m’hydrater. Comment cela marche ? 1 pilule par litre d’eau. Remplis ta gourde d’eau, ajoutes-y la pastille Micropur, attends 1h et tu peux la boire ! top accessoires voyage >>
  • le Baume du Tigre. Je l’ai découvert au Vietnam mais tu peux aujourd’hui en trouver partout. D’origine chinoise, inventé en Birmanie, il est principalement fabriqué à Singapour depuis 1926. Mélange de camphre, menthol, eucalyptus, cannelle et clous de girofle, c’est un onguent naturel externe (cf. à appliquer sur la peau) super efficace contre toute douleur musculaire ou squelettique, crampe, courbature, migraine, toux (dégage les voies respiratoires) et même pour soulager les piqures de moustique ! (top-13+6 accessoires ultra-pratiques et indispensables en voyage)

#3 – Les 3 Catégories de Médicaments à Bannir !

Certains médicaments, pourtant courants en France, sont considérés comme des drogues dures dans certains pays. Le problème ? Risque d’amende et emprisonnement voire peine de mort ! (en Indonésie par exemple, en cas de contrebande ou possession de drogues en grande quantité).
Voici les 3 catégories de substances interdites dans de nombreux pays étrangers :

  • Groupe n˚1 : médicaments perçus comme non-thérapeutiques avec une probabilité d’addiction forte. Liste : héroïne, mescaline, cocaïne, marijuana, haschisch, ecstasy (MDMA), psilocybine, LSD, amphétamine, opium et tous ses dérivés. C’est évidemment le groupe le plus sévèrement réprimé à travers le monde.
  • Groupe n˚2 : médicaments reconnus à effet thérapeutique mais avec une probabilité d’addiction forte. Liste : morphine, méthadone, oxycodone, pethidine, hydromorphone.
  • Groupe n˚3 : médicaments reconnus à effet thérapeutique mais avec une probabilité d’addiction modéré. Liste : codéine, dihydrocodéine, buprenorphine.

Ce que tu dois faire : évoque cette liste avec ton médecin avant de partir. Si tu es déjà en possession de tous tes médicaments, vérifie simplement que la liste des ingrédients/principes actifs ne contienne pas l’une des substances ci-dessus. Par exemple, je sais que de nombreux antihistaminiques (antiallergiques) contiennent de la codéine. A proscrire !
A cette liste peuvent s’ajouter d’autres médicaments comme le somnifère ou les antidouleurs interdits dans certains pays, soit car également considérés comme drogues, soit parce qu’ils sont « snifés » par la population locale. Le mieux si tu peux t’en passer, c’est de t’en passer !

#4 – 3 Bonnes Astuces pour Organiser ton Kit

  1. Gagne de la place. Les boites de médicaments sont très encombrantes, c’est un fait. Alors pourquoi les garder ? Tout bête : sors les plaquettes et la notice de la boite et attache-les ensemble avec un élastique.
  2. Protège tes plaquettes. J’en parle ici, les sacs de congélation zippés sont ultra-pratiques en voyage. Je m’en sers pour presque tout, et notamment pour conserver mes plaquettes de médicaments et les protéger de l’humidité. Etant transparents, c’est aussi bien plus facile de trouver la pilule que tu cherches en cas d’urgence…
  3. Fais-toi une liste. Bien pratique pour savoir quel principe actif est associé au nom de tes plaquettes, souvent des génériques (si là je te dis « métoclopramide », tu penses à quoi ? Pas grand-chose, j’imagine. Pourtant il s’agit du Primperan 10mg, l’anti-nauséeux le plus efficace).
    Mon conseil : fais-toi un tableau récapitulatif avec 5 colonnes : nom / référence (usage) / dosage / quantité emportée / prescription. Soit, en reprenant l’exemple ci-dessus: Métoclopramide / Primperan (anti-nauséeux) / 10mg / 2 plaquettes / 20 pills / max. 3 par jour, intervalle de 6 heures entre chaque prise. Tu gagneras un temps fou le jour où tu auras besoin d’un médoc, mais aussi si un contrôle aux douanes se présente !

#5 – Tout ce que tu Dois Savoir sur la Malaria (Paludisme)

La Malaria, c’est quoi ? Une maladie grave, potentiellement mortelle transmise par des moustiques et très répandue en zone tropicale. Il existe plusieurs espèces de parasites responsables du paludisme. le Plasmodium Falciparum est l’espèce la plus dangereuse car elle est responsable des formes mortelles, c’est également la plus fréquente (en Afrique tropicale surtout, mais également en Amérique et en Asie forestière). En Asie, c’est principalement le moustique tigre qui en est porteur.

Comment s’en prévenir ? Voici tout ce que tu dois savoir :

  • Bad news : il n’existe aucun vaccin contre le Paludisme. Il y a par contre des médicaments antipaludiques assez efficaces permettant de s’en prévenir.
  • Les 3 principaux antipaludiques de « haute qualité » (cf. OMS) sont la Malarone, la Nivaquine et la Paludrine. Pour un voyage prolongé, la Malarone 250mg semble être le plus adapté. C’est du moins celui qui m’a été prescrit pour mon tour du monde. Le choix du médicament utilisé varie en fonction de la résistance du parasite à la chloroquine (autrefois suffisante pour assurer la prévention du paludisme chez le voyageur) et des caractéristiques propres à chaque voyageur.
  • Si ton voyage dure moins de 2 mois et se déroule dans une zone à risque, tu peux prendre un traitement quotidien dit préventif (assez désagréable d’après les nombreux commentaires que l’on peut trouver, provocant de fortes nausées en particulier). Ce traitement ne peut être supérieur à 2 mois en raison des effets indésirables engendrés. Si ton voyage est donc supérieur à 2 mois, emporte un traitement dit curatif que tu prendras en cas de besoin (voir ci-après).
  • D’après l’Institut Pasteur :

    A la première fièvre persistante en voyage dans une zone concernée, prenez immédiatement votre traitement curatif sans attendre [cf. Malarone] soit 4 pilules par jour en une seule prise, pendant 3 jours. Parallèlement, dirigez-vous vers l’hôpital le plus proche pour prise en charge et tests approfondis.

  • Les antipaludiques ne sont évidemment pas remboursés et sont assez chers : 50€ la boite de 12 pilules ! La Malarone 250mg peut s’acheter/se commander sans ordonnance dans n’importe quelle pharmacie.
    Mon conseil : achète-en une seule boite que tu utiliseras en curatif en cas de besoin et qui te laissera 3 jours (cf. fin de la plaquette) pour te rendre à l’hôpital le plus proche.
  • Ne t’angoisse pas non plus ; mon grand-père a la Malaria depuis ses 23 ans après avoir vécu 2 ans avec les Pygmées en Afrique. Il en a aujourd’hui 84 et n’a jamais fait de rechute. Évidemment, sa chance n’est pas universelle, mais souviens-toi : l’essentiel est de savoir en détecter les premiers symptômes et d’être pris en charge à temps.

#6 – Fais-toi Rembourser

L’ensemble des médicaments du Top-5 sont remboursables. Autant en profiter : prends rendez-vous chez ton médecin et demande-lui une ordonnance (et quitte à faire, son avis et recommandations) ! D’autant que tu auras besoin de l’ordonnance médicale pendant toute la durée de ton voyage (voir point suivant).

#7 – Conserve bien l’Ordonnance !

Garde toujours sur toi l’ordonnance médicale des médicaments que tu transportes en cas de contrôle des douanes à la frontière. Comme évoqué précédemment, certains pays ont une législation très stricte sur les médicaments qui tend parfois à en confondre certains avec des drogues. D’autres adoptent des « règles » plus difficiles à comprendre (l’Indonésie par exemple, a horreur des produits portant des inscriptions chinoises, comme le Baume du Tigre ou autres médicaments chinois).
Mieux vaut donc être prévoyant : l’ordonnance t’évitera ennuis et longues explications avec des douaniers pas toujours ouverts au débat. Normalement, ce type de contrôle n’a lieu que dans les aéroports et je n’en ai encore pas subi en border crossing (frontière terrestre) mais on ne sait jamais. Surtout que les problèmes peuvent aller très loin…
Mon conseil : conserve l’original dans ta trousse-à-pharmacie, une photocopie dans ton sac (en cas de vol de ta trousse, comme ça m’est arrivé dans ma cabane au Cambodge !) et envoi-toi une copie scannée dans ta boite mail pour toujours y avoir accès.

#8 – Le Port de Seringues

Emporter avec toi quelques seringues stériles jetables est conseillé, même si pas vraiment indispensable. Tu peux en effet être amené à visiter un hôpital et recevoir une injection (vaccin, perfusion, prise de sang, etc.). Dans certains pays en développement, les seringues ne sont pas toujours à usage unique… tu l’as compris, mieux vaut utiliser tes propres aiguilles par mesure de précaution.
Mon conseil : n’oublie pas de demander une « autorisation pour le port de seringues » à ton médecin en français ET en anglais. Au même titre que pour les médicaments, garde les originaux avec toi et envoie-toi une copie scannée par courriel.

Tu as trouvé cet article utile ?  Tu as un élément à apporter ? Dis-le moi en laissant un commentaire ci-dessous !

 

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article :
– médicaments voyage tour du monde
– liste médicaments emporter voyage sac-a-dos
– prévention Paludisme voyage
– trousse pharmacie voyage tour du monde
– premiers soins voyage first-aid kit

4 commentaires

Laisse un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :